Procrastinateurs, vivez une partie de Candy Crush géante !

Transformez votre vie en partie de Candy Crush géante (2 étapes pour tuer le procrastinateur qui est en nous)

Non, cet article ne parle pas de Candy Crush. Il parle de procrastination.

Pourquoi Candy Crush alors… ?

Bah… c’est bien connu… les procrastinateurs passent leur temps à traîner sur Facebook, relever leurs mails…

… et jouer à Candy Crush ! 😉

(Bon, il faut l’admettre, les filles regardent aussi des épisodes de Grey’s Anatomy…).

Donc si vous êtes procrastinateur (et que vous en avez marre)… restez devant votre écran, la suite va vous intéresser.

Vous allez découvrir une méthode en 2 étapes pour améliorer les choses. Cela ne tuera pas complètement le procrastinateur qui est en vous, mais je vous garantis que cela va bien vous aider.

Si vous n’êtes PAS procrastinateur… lisez quand même cet article, parce que cette méthode vous permettra de toute façon de doper votre motivation, focaliser votre attention et y voir beaucoup plus clair dans votre vie (tout un programme !).

Mais avant une petite mise au point…

Les procrastinateurs ne sont pas des fainéants !

NON, les procrastinateurs ne sont pas plus fainéants ou idiots que les autres !

Rien à voir.

La procrastination, c’est quand nous repoussons les activités déplaisantes ou qui demandent un effort inhabituel. A la place nous préférons nous adonner à des activités… plus plaisantes et qui demandent moins d’efforts (déjà dit : relever nos mails, traîner sur Facebook, sortir la poubelle, grignoter et… jouer à Candy Crush évidemment).

Mais ce n’est pas une question de flemmardise ou de manque de volonté.

Comme le dit Mia dans ce très bon article (je lui ai piqué l’idée de Candy Crush et de Grey’s Anatomy), la procrastination est principalement causée par la peur de l’échec, de la réussite (et oui), du jugement des autres et de l’inconnu. Cette peur entraîne à terme une baisse de motivation et un manque de recul sur votre quotidien ou vos projets.

Pire, en répétant ce type de comportement vous ancrez une habitude… avec le risque d’entrer dans un cercle vicieux : diminution de vos capacités de concentration et d’apprentissage, désorganisation, dégradation de l’estime de soi, déprime, etc.

Conséquence : examens ou présentations mal préparés, factures impayées, stress inutile, fatigue, irritabilité, difficultés relationnelles, blocages divers, etc.

C’est triste.

Alors comment sortir de tout ça ? Procrastinateur

 

La méthode pour arrêter d’être un procrastinateur

En fait la cause première n’est pas la peur, mais simplement ceci :

La plupart des procrastinateurs procrastinent parce que… ils n’ont pas de raison de ne pas le faire !

Autrement dit, ils n’ont pas de raison suffisamment puissante pour agir (et parfois affronter ce qui est effrayant : sortir de leur zone de confort).

La méthode que je vous propose a donc un objectif : vous aider à trouver une bonne raison d’agir !

Avec une puissante raison d’agir vous aurez suffisamment de motivation pour affronter vos peurs et agir sur le long terme. Et cela donnera un sens à vos actions.

Après tout, si un créancier débarquait chez vous avec une barre de fer, vous auriez une bonne raison de lui faire un chèque sur le champ… (si ça vous est déjà arrivé, désolé de raviver un mauvais souvenir :P)

C’est un peu caricatural, mais vous voyez l’idée…

Les 2 étapes

La clé pour améliorer les choses tient en un mot : CLARTÉ.

La méthode comporte 2 étapes « simples » (mais pas si simples à mettre en œuvre en fait) pour vous aider à être limpide sur :

  • vos valeurs (ce que vous êtes et ce qui compte le plus pour vous) ;
  • vos passions (ce qui vous pousse) ;
  • vos forces (ce que vous faites le mieux) ;
  • ce que vous voulez vraiment (ce qui vous inspire).

1/ Identifiez votre « raison d’être »

Si vous êtes un peu familier avec la littérature en développement personnel, vous avez peut-être déjà entendu parler de « raison d’être ». Certains auteurs donnent à cette expression une connotation un peu téléologique ou transcendantale (ce dont je ne suis pas fan).

Je propose donc la définition suivante :

Vivre selon votre raison d’être, c’est vivre en étant parfaitement aligné avec ce que vous êtes au fond de vous et la personne que vous voulez devenir idéalement.

Lorsque vous vivez suivant votre raison d’être, c’est comme si tout était à sa place. Vous êtes authentique. Vos relations sont authentiques. Vous faites ce que vous aimez et ce pour quoi vous « êtes fait ». Vous exprimez la totalité de votre potentiel et étendez vos capacités.

En un mot, c’est un peu la clé du bonheur (ou au moins du bien-être, ce qui n’est déjà pas mal).

Mais comme vous l’avez sans doute constaté, nous vivons assez rarement de cette manière…

Et pour cause : pour vivre selon votre raison d’être, encore faut-il la connaitre (ou au moins en avoir une idée) !

Quel rapport avec la procrastination ?

C’est simple. Votre raison d’être est comme une boussole. Elle vous donne une trajectoire à suivre. Comme une mission dans la vie.

Le problème, c’est que connaitre sa raison d’être peut prendre… une vie. Il faut être attentif aux joies et aux tristesses. Il faut apprendre à se laisser affecter. Ce qui demande une certaine sagesse…

Mais bon… il faut bien se lancer à un moment ou à un autre ! Donc je vous propose de faire une hypothèse de départ… Vous aurez ensuite toute votre existence pour valider cette hypothèse et la modifier. Mais au moins vous ne partez pas de zéro !

OK, comment identifier votre raison d’être ?

Il existe plusieurs techniques, mais généralement cela consiste à se poser les bonnes questions sur vos valeurs, vos forces, vos passions, vos qualités, vos modes d’interaction avec les autres, etc.

L’idée centrale étant la suivante : il est plus facile et plus sympa de vivre de ses passions en faisant des choses qui ont du sens avec des gens qu’on aime !

(Ca peut paraître complètement évident, mais combien de personnes font un job « alimentaire » ?)

[Note : j’ai rassemblé dans un « Kit Motivation » disponible ici 3 fiches PDF qui expliquent en détail comment identifier vos valeurs/forces/passions (21 questions posées), puis votre raison d’être (en 4 étapes) et enfin comment vous construire une vision motivante à 5 ans. Cliquez ici pour le télécharger]

 

2/ Savoir ce que vous voulez exactement

Une fois que vous connaissez votre raison d’être, vous pouvez créer une vision motivante de votre future vie (suffisamment motivante pour moins procrastiner).

Vous allez me dire : « Oui, mais on n’a pas besoin de la raison d’être pour ça ! ».

Peut-être.

Sauf que vous risquez de former une vision qui ne vous correspond pas.

Beaucoup de personnes suivent aveuglément la voie tracée par leurs parents, la société ou l’école. Ils finissent souvent par s’apercevoir (tardivement) que leur travail n’a pas de sens et qu’ils ont fait une croix sur leurs rêves…

Être clair sur ce qui compte pour vous est quand même un bon moyen d’éviter ce type de situation !

Il existe là encore plusieurs démarches pour savoir ce que vous voulez et construire une vision motivante. J’aime bien la suivante (également décrite dans le kit) :

  1. Méditation ;
  2. Idéalisation ;
  3. Visualisation.

L’idée est de former une image mentale de la situation idéale de votre vie dans toutes ses dimensions (famille, relations, argent, santé, etc.).

A vous de jouer !

Faire tout ça représente pas mal de travail. Mais c’est beaucoup plus simple de ne plus procrastiner quand on a une vision motivante de ce que vous voulez faire, avoir et devenir !

Dernière piste pour sortir du camp des procrastinateurs : ne pas rester seul !

Donc n’hésitez pas à faire part dans les commentaires ci-dessous de vos retours d’expérience. Quelles sont vos plus grosses difficultés ? Vos plus grandes attentes ? Avez-vous des techniques spéciales à partager ?

Comment trouver une raison suffisamment forte pour agir durablement et arrêter de procrastiner ? En étant limpide sur vos valeurs, vos forces, vos passions, votre raison d'être et votre vision à 5 ans.

Cliquez ici pour accéder à votre kit (3 fiches pdf avec exercices concrets et explications détaillées)

 

Crédit photo : Flickr / Steve Koukoulas

Comments

comments